The Jesuit mission (A chronicle of the Cross in the Wilderness)
de : Guthrie Marquis, Thomas

Pourquoi lire un tel livre ? C'est une bonne question et je ne suis pas certain d'avoir une bonne réponse... Personnellement, je le fais pour des besoins de compréhension, ayant récemment été en contact avec un prêtre missionnaire, même si son travail est finalement assez aisément appréciable quand on le voit sur place, les motivations derrière ce mode de vie peuvent rester assez obscures. Tout du moins le sont-elles pour moi et mon manque de foi. Les missionnaires les plus connus, si ce n'est célèbres, sont sans aucun doute les Jésuites. C'est donc en cherchant un historique de cette congrégation que je suis tombé sur ce petit texte (une cinquantaine de page, enfin, ça dépend de votre résolution oculaire, personnellement je lis du Bitstream Vera 12 mais imprimé deux pages sur une, ça doit faire du 6 ça sans doute... ça ne doit pas être très bon pour les yeux mais ça sauve des arbres, sans tuer de castor) qui avait l'air intéressant, et ce gratuitement sur le Projet Gutenberg (cf note de bas de chronique). Et effectivement c'est intéressant.

Il s'agit de l'histoire du missionariat jésuite au Canada, en Nouvelle-France pour être dans le ton. L'Histoire se déroule ici sur environ un siècle et demi, de 1610 à 1760 lorsque les français quittent Québec et le laissent aux anglais (for better or for worse). Pendant ce siècle et demi, les colons ont essayé de survivre et les jésuites ont essayé, en plus, d'éduquer et de convertir les "sauvages" (encore que n'est pas toujours le sauvage qui ont croit, bref...). Et ça n'a pas forcément toujours été une partie de plaisir. Les indiens Iroquois étaient la principale menace mortelle à laquelle les pères jésuites (et les personnes les accompagnant) devaient faire face. Bien-sûr les autres tribus ne leur ont pas forcément mené la vie facile mais au moins elles ne leur cassaient pas tous les doigts et autres tortures avant de les tuer.

Les Jésuites subirent donc tout un tas de tortures et ils en redemandèrent, ils y retournent !! Nombreux sont les passages où l'auteur salue le courage des prêtres qui meurent comme des hommes et/ou des soldats. Ils tombent comme des mouches oui, si vous voulez mon avis. Pourquoi ils y retournent après s'être fait brûler le moitié du corps, mutiler les mains (à un point qu'il leur faut demander des dérogations au Pape pour pouvoir continuer à exercer, dans la mesure où on ne pouvait pas dispenser les saints sacrements avec des membres mutilés à l'époque (et peut être encore aujourd'hui je n'en sais rien...)) et avoir vu nombre de leurs relations subir le même sort ? Je dois avouer que ça me dépasse complètement. Tout cela ne me fera pas changer d'avis sur le fait que ces pauvres indiens n'avaient rien demandé à personne et qu'on aurait dû les laisser sculpter leur totems en paix. Sauf que de toute façon l'homme blanc étant ce qu'il est, tôt ou tard, ça aura fini par mal finir. Toujours est-il que cela donne lieu à un récit plein d'aventures et d'action, même si concis et peu enclin à être littéraire. C'est en effet plus une étude qu'autre chose, un récit clair et factuel.

Ce n'est pas un roman d'aventures, donc. Pour cela on peut sans doute recommander Le Dernier des Mohicans de James F. Cooper (ce dernier d'ailleurs des mohicans est le premier écrit d'une série de romans basés sur la vie de Leatherstocking (Bas de cuir, en français), le héros bien connu des jeunes garçons aventureux mais qui préfèrent les livres à la compagnie des brutes des cours de récréation, je ne vise personne...), si l'on fait abstraction des propos racistes anti-amérindiens qui peuvent y apparaître, mais il faut remettre dans le contexte. Peut-être tout aussi recommandable est le début des Chroniques d'Alvin le Faiseur d'Orson Scott Card qui *ne sait pas* produire une série qui ne part pas en jus de boudin après deux ou trois tomes... Bad bad Orson... J'ai beaucoup de mal à dire des méchancetés sur Card vu le plaisir qu'il m'a procuré à de nombreuses lectures (oh oui oui Orson écrit moi toute !!) (pardon...) mais il faut bien reconnaître qu'il n'a pas produit que du bon récemment. Mais les deux premiers tomes de cette série sont extraordinaires, et se déroulent approximativement au début du dix-neuvième siècle dans une Amérique toujours pleine de peaux-rouges et de prêtres, mais pas les mêmes...

Pour en revenir à nos petits indiens, ici point de grandes fresques épiques, mais une forte cohérence historique. En effet, je pense que l'on peut apporter un réel crédit historique à ce récit, un court paragraphe le clot en indiquant quelques sources utilisées par l'auteur. Par exemple, il a rédigé utilisé les "Relations", ces relations étant les écrits que les Jésuites se devaient (doivent ?) de produire afin de rendre compte de leurs actions. Il en existe des pleines étagères, à n'en pas douter, une source intarissable de connaissances sur ces périodes, si ce n'est objectives tout du moins on sait vers où elles sont orientées.

En attendant donc de me procurer le Que-Sais-je sur les Jésuites, voilà comment occuper un week-end et se cultiver en même temps... Et si j'ai encore mal aux doigts rien que d'y repenser, je ne regrette pas d'avoir des lubies étranges quant au choix de mes lectures. Quant au week-ends, qu'ils se tiennent à carreau, ça ne suffira pas à lever l'oprobe !

--
Note de bas de chronique :
Le Projet Gutenberg est un site Internet collaboratif qui tente de faire revivre de vieux livres libres de droits en scannant, puis en les transformant en textes ascii de manière plus ou moins automatique avec des algorithmes de reconnaissance de caractères. Je vous encourage à vous inscrire comme proofreader si vous avez la possibilité de donner une dizaine de minutes de votre temps par jour (ou même moins fréquemment) pour relire et corriger et participer au projet. Le Net a définitivement du bon !
Chronique postée le 07/08/2006 et signée Hern42
"Quoi !? Avec plus de cinq livres par an je suis un *gros* lecteur... Et l'Arlequin, c'est du SlimFast ?"

---
Divers : Téléchargeable sur le site du Gutenberg Project
Pays de l'auteur (Guthrie Marquis, Thomas) : Canada (vo)

Informations géographiques : Canada
Informations temporelles : De 1610 à 1760